Présentation

Mes livres sur Amazon

Jeudi 1 octobre 2009

Pour Jules Renard, « plus on lit, moins on imite » ; c’est sans doute vrai mais c’est oublier un peu vite le risque que peut entraîner pour un écrivain ce qu’on appelle le « plagiat involontaire ». Moi qui lis tellement, je ne sais pas parfois si telle nouvelle idée de roman est une idée originale où si ce n’est pas la trame d’un livre lu autrefois et oublié depuis. Et il y a aussi le sens de la formule qui peut s’inspirer malgré nous d’illustres prédécesseurs. Ainsi, par exemple, les aphorismes que j’ai mis dans mon blog sont originaux, mais comme j’aborde souvent des thèmes assez populaires comme l’amour, le désir, le plaisir… Il est probable que l’on puisse trouver des citations assez proches des miennes…

Je dis cela car je repense à ce livre de Douglas Kennedy que j’ai lu récemment : Rien ne va plus. Un auteur à succès fait l’objet d’une injuste cabale car on le soupçonne d’avoir plagié un autre auteur, alors même qu’il ne s’agit que d’une malheureuse coïncidence… 

En revanche, ce qu’il faut éviter à tout prix, c’est le plagiat volontaire, l’imitation servile. Jacques Godbout donnait ce conseil : « Comment faire un livre. Imite qui tu veux, si t’es génial, ça ne paraîtra pas, mais autrement copie-toi toi-même ». Un conseil que beaucoup n’ont pas la sagesse, ou la modestie de suivre. Je me souviens de ce célèbre animateur du samedi soir qui s’est fait attraper pour avoir carrément pompé une vingtaine de pages de son dernier livre sur un obscur inconnu. C’est vraiment idiot, surtout lorsqu’on est une célébrité du petit écran car on peut être sûr qu’il y aura toujours, à un moment ou un autre, un spécialiste de cet obscur inconnu pour démasquer l’imposture. Lorsque j’étais étudiant, j’avais un professeur spécialiste d’Hugues Rebell qui s’était rendu compte qu’une écrivaine contemporaine venait d’avoir un prestigieux prix littéraire (je ne sais plus lequel, le Femina je crois, et j’ai oublié le nom de la femme et de son livre) pour un roman qui était une copie presque exacte des « Nuits chaudes du cap français ». Je crois qu’il voulait intenter un procès, mais je ne sais pas ce que cela a donné… Il faut dire que les plagiaires impunis sont nombreux et que certains sont très célèbres. Voilà quelques exemples trouvés dans le « Dictionnaire des plagiaires » de Roland de Chaudenay :

 

Passage écrit par Théophile Gautier  dans ses Portraits contemporains :

« Les cheveux […] scintillent et se contournent aux faux jours en manière de filigranes d’or bruni. Le front large, plein, bombé […] attire et retient bien la lumière qui s’y joue en luisants satinés. […] une prunelle brune scintille sous un sourcil pâle et velouté d’une extrême douceur […] le nez fin et mince, d’un contour assez aquilin, et presque royal. »

 

Voilà un extrait de Béatrix de Balzac, publié deux ans plus tard :

« …cette chevelure, au lieu d’avoir une couleur indécise, scintillait au jour comme des filigranes d’or bruni. Son front large et bien taillé recevait avec amour la lumière qui s’y jouiat en des luisants satinés. Sa prunelle, d’un bleu de turquoise, brillait, sous un sourcil pâle et velouté, d’une extrême douceur. […] Ce nez, d’un contour aquilin, mince, avec je ne sais quoi de royal… »

 

Chez Boileau : « L’avarice bientôt, au teint livide et blême… »

Chez Voltaire : « La sombre jalousie au teint pâle et livide. »

Chez Beaumarchais : « L’envie, aux doigts crochus, au teint pâle et livide. »

 

Chez Corneille :

« Le seul bruit de mon nom renverse les murailles,

Force les escadrons, et gagne les batailles. »

 

Qu’on retrouve chez Boileau :

« Condé dont le seul nom fait tomber les murailles,

Défait les escadrons, et gagne les batailles. »

 

Corneille n’hésitant pas à recourir aux mêmes procédés. Ainsi, on a chez Garnier :

« Faites dessus la plaine ondoyer votre sang

Coulant à gros bouillons de son généreux flanc »

 

Qu’on retrouve dans le Cid de Corneille :

« Sire, mon père est mort, mes yeux ont vu le sang

Couler à gros bouillons de son généreux flanc. »

 

La Bruyère qui trouve son « Les hommes commencent par l’amour et finissent par l’ambition » chez Pascal (« Qu’une vie est heureuse quand elle commence par l’amour et finit par l’ambition »).

Evidemment, je ne parle pas de La Fontaine qui a tout pompé dans Esope, d’Alexandre Dumas père dont on disait que personne n’avait lu l’ensemble de son œuvre, pas même lui (du « Vicomte de Bragelonne », il n’a écrit qu’une scène de duel), Jules Vernes dont j’ai déjà parlé et d’Alphonse Daudet qui a piqué à son ami de jeunesse ses meilleurs nouvelles (eh oui, je le rappelle encore une fois, mais « La chèvre de monsieur Seguin » est de Paul Arène).

 

Même les plus célèbres vers ne sont pas épargnés, ainsi celui que Larmatine :

« Ô temps, suspends ton vol, et vous, heures propices,… »

ressemble assez étrangement à une Ode d’Antoine-Léonard Thomas :

« Ô temps, suspends ton vol ! Respecte ma jeunesse ! »

 

Pire encore, le vers le plus célèbre de Lamartine :

« Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé ! »

vient en réalité d’un poète créole, Nicolas-Germain Léonard :

« Un seul être me manque, et tout est dépeuplé ! »

Il est vrai  que Lamartine à tout de même changé le pronom…

A quoi j’avais, modestement mais avec toute mon irrévérence coutumière, apporté ma petite contribution avec mon fameux :

« Un seul hêtre vous manque, et tout est déboisé ».

 

Enfin, il y en a 300 pages… A ce propos, je voulais mettre une citation que j’avais trouvée mise en exergue dans un livre lu récemment, mais je n’ai pas retrouvé mes notes. Cela disait en gros « qu’un mauvais poète s’inspire timidement des autres, alors qu’un génie copie sans vergogne… »

Enfin, c’était mieux dit…


Par Marc Lefrançois - Publié dans : Littérature - Communauté : L'acte d'écrire
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires - Recommander
Retour à l'accueil
je pense que sans doute certaines idées ne peuvent pas être formulées autrement qu'avec les mêmes mots ! et c'est parfois l'inconscient des auteurs qui les fait plagier !
Commentaire n° 1 posté par Janou il y a 5 jours à 09h44
Trop naïve, je ne peux croire à autant de plagiat "volontaire" ! il est vrai que parfois notre inconscient nous joue des tours...de vilains tours.
Dans tout ce que j'écris, il y a une part de vécu (perso ou témoin), au moins je suis presque sûre qu'il me sera impossible de copier cela :-)
Commentaire n° 2 posté par Cécile il y a 5 jours à 11h24
C'est très interessant cet article, je ne savais pas que les poètes et les écrivains ont l'audace de copier les idées des autres, mais il y a des phrases qui sont dites par les grands célèbres écrivains, poètes ou autres quand peut les répéter dans nos textes mais en citant l'auteur, merci pour cet article instructif, bonne journée, et à très bientôt
Commentaire n° 3 posté par Samia.Nasr il y a 5 jours à 15h55
Bonjour Marc, vous êtes invité à farfouiller votre bibliothèque, c'est ici :
http://valychristineoceany.unblog.fr/2009/10/01/operation-farfouiller-ma-bibliotheque/
amicalement, Valentina
Commentaire n° 4 posté par valy christine océany il y a 5 jours à 16h06
Commentaire n° 5 posté par Samia.Nasr il y a 5 jours à 16h23
En littérature, avoir une idée originale, je ne sais pas ce que c'est. Par contre, avoir de l'originalté dans l'expression d'une idée me parle déjà plus...
Commentaire n° 6 posté par Distance il y a 5 jours à 21h09
Tout à fait d'accord sur la notion de « plagiat involontaire ».
Commentaire n° 7 posté par margot il y a 3 jours à 00h01
"Pour Jules Renard, « plus on lit, moins on imite » ; c’est sans doute vrai mais c’est oublier un peu vite le risque que peut entraîner pour un écrivain ce qu’on appelle le « plagiat involontaire »." C'est à mourir de crétinerie.
Commentaire n° 8 posté par RFM avant-hier à 13h10

Publicité

Recommander

 
Créer un blog sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus