Lundi 10 novembre 2014 1 10 /11 /Nov /2014 00:05

Dans les études de lettres, la critique génétique se fonde sur l'étude des manuscrits d'auteur pour comprendre ce qui est en jeu dans leur création artistique. Cela semble un peu fastidieux, mais cela peut s'avérer réellement passionnant.

Surtout lorsqu'il s'agit d'écrivains comme Louis-Ferdinand Céline.

Ainsi, il suffit d'une simple rature pour comprendre tout le génie de l'auteur. Comme un repentir en peinture, on peut voir s'exprimer toute l'originalité de l'artiste. Là où le banal s'imposerait finalement, il trouve le mot juste, l'expression singulière qui viendra frapper les esprits. 

Ainsi, dans Voyage au bout de la nuit, on a cette fameuse définition de l'amour:

"L'amour, c'est l'infini mis à la portée des caniches".


Le manuscrit original porte la trace d'une première idée: "l'infini pour les cons"... L'idée est parlante, cela ferait du bon Audiard, mais on n'est pas loin "L'infini pour les nuls". Avec ses caniches, Céline marque l'esprit du lecteur d'une façon bien plus saisissante...

Cela dit, je soupçonne de voir derrière cette expression la patte cachée de Bébert, le chat de l'écrivain, qui semble nous souffler: "L'infini, c'est pas pour les chiens!"

 

PS: Pas de rapport, mais blog à nouveau en pause pour cause de manuscrit à terminer. Je reviendrais quand même annoncer la sortie de mon prochain livre...

 

 

Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

...et j'ai ma dignité moi. Céline réduit l'amour à rien, c'est un sentiment trop mesquin pour lui.
Commentaire n°1 posté par nadezda le 10/11/2014 à 09h06
J'aime toujours autant tes recherches...
Bon, tu me diras pour la sortie de ton prochain livre ?

Passe une douce journée et bonne continuation à toi.
Commentaire n°2 posté par Quichottine le 10/11/2014 à 11h48
Céline, un génie, certes, mais aussi un sacré misanthrope ! Quoique ... Médecin des pauvres aussi. Un bonhomme plein de contradictions !
Commentaire n°3 posté par lizagrèce le 10/11/2014 à 12h39
bonne pause, bosses bien
Commentaire n°4 posté par khanel3 le 10/11/2014 à 13h29
bonne continuation donc !!
bravo !!
à plus tard !!
Commentaire n°5 posté par lady marianne le 10/11/2014 à 16h10
Je ne suis pas certaines de lire "pour les cons". Bonne pause !
Commentaire n°6 posté par Marizou le 10/11/2014 à 17h26
en tous les cas, Céline EST à LIRE !
bonne écriture
amitié .
Commentaire n°7 posté par marie-claude le 10/11/2014 à 18h12
J'apprécie pas Celine, le personnage, et toi alors bon courage pour finir d'écrire.
Commentaire n°8 posté par Fabymary POPPINS le 10/11/2014 à 18h13
Merci de nous délecter de tant d'anecdotes et bon courage pour la suite Marc...A bientôt...Bises
Commentaire n°9 posté par PARADISALIA le 10/11/2014 à 18h31
J'ai plutôt l'impression qu'il avait commencé à écrire "pour les caniches" avant de changer d'idée.

PS : Tu reviendras é-vi-dem-ment annoncer la sortie de ton prochain livre...
Commentaire n°10 posté par Cristophe le 11/11/2014 à 08h57
On en apprend des choses... encore une aujourd'hui grâce à cette note. Je rature beaucoup en ce moment mais heureusement avec le traitement de texte ça passe mieux qu'en écrivant avec un stylo sur une feuille de papier. Bonne pause. Je fais aussi une pause mais d'écriture. Pas d'inspiration pour l'instant. Bon après midi.
Commentaire n°11 posté par elisabeth le 12/11/2014 à 15h25
J'aime Céline... Je n'ai pas eu la même lecture que toi pour sa rature.. Je supposais qu'il avait commencé à écrire "pas pour les caniches..." et s'était ravisé... Bon !
Bonne écriture.
Commentaire n°12 posté par Marité le 15/11/2014 à 16h36

ISSN : 2267-0742

Derniers Commentaires

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés