Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 00:28

Le Cri de Munch est proprement effrayant : « Je sentais un cri infini qui se passait à travers l’univers ». Peut-être est-ce parce qu’il s’agit là d’une belle et terrible représentation de ses démons.

Lesquels ?

L’alcool et les femmes.

Edvard Munch prétendait avoir sombré dans l’alcool car cela l’aidait à se protéger des femmes qui le harcelaient sans cesse…

 le-cri-munch.jpg

[Edvard Munch ; Le Cri]

Ps : Ma petite interprétation personnelle est qu’il s’agit en réalité d’un autoportrait de l’artiste, la tête qu’il fait au moment où sa copine lui demande de s’investir un peu plus dans leur relation sentimentale…

 

 

Partager cet article

Published by Marc Lefrançois - dans Journal
commenter cet article

commentaires

solyzaan 23/03/2010 10:58


Oui c'est bien le terme qui me vient à l'esprit lorsque je pense à ce tableau : EFFRAYANT !! mais c'est aussi ce qui fait de lui ce côté inoubliable et malgré les difficultés de prononciation
du nom de son auteur, il est resté à tout jamais gravé dans mon esprit; C'est bon de le revoir avec des yeux différents parfois... 


Marc Lefrançois 24/03/2010 00:03


L'art, ce qui éveille l'émotion...


symiote 21/03/2010 19:21


J'ai travaillé régulièrement avec mes élèves, quand j'avais des cM2, sur ce tabeau et c'était toujours intéressant d'avoir leurs réponses, quand je leur demandais ce qui pouvait effrayer ce
personnage!

Pauvre Edvard qui a tant souffert à cause des femmes voraces et dévoreuses!!





Armande 21/03/2010 18:24


Le PS est très révélateur...
Armande Freud


Janou 21/03/2010 09:45


c'est le genre de peinture à donner des cauchemards ! pour être torturé il devait l'être fortement ! je viens quand même d'en voir quelques unes qui échappent au style et que j'aime bien ! j'ai
trouvé celle dont tu parles !



frederique 21/03/2010 09:27


ah si tu la trouves j'voudrais bien la voir ca doit etre marrant

faudrait que je recherche mes dessins d'ailleurs je verrais ca demain si je tombes dessus je te montrerai


ISSN : 2267-0742

Rechercher