Jeudi 26 janvier 2012 4 26 /01 /Jan /2012 00:05

Des nos jours, que peut-il bien y avoir d’accroché aux murs d’un commissariat de police ? Des affiches de recrutement, un poster dédicacé de Julie Lescaut, un calendrier Pirelli ?

Je ne sais pas, mais j’imagine qu’on n’y fait pas dans le genre exposition de peinture, « l’endroit n’ayant pas vocation à être une galerie d’art », comme on me le ferait certainement remarquer…

Et pourtant…

Petite nostalgie à la pensée d’un certain commissariat de quartier. Ce poste de police se trouvait à Montparnasse, dans les années folles. Bien sûr, le quartier était connu pour ses artistes bohèmes à qui il arrivait souvent de terminer au poste. Responsable des étrangers à la préfecture de police de Paris, le commissaire Léon Zamaron était chargé de régler le problème. Ce qu’il faisait alors, relâchant immédiatement le fauteur de trouble à qui il n’hésitait jamais à remettre une petite somme pour l’aider à tenir le coup. Ainsi, le commissaire se fit vite une réputation de généreux mécène et se vit récompensé en retour de nombreuses toiles aussitôt accrochées dans son commissariat.

Il faut s’imaginer alors les murs du bureau de police recouverts d’œuvre d’art : Suzanne Valandon, Modigliani, Soutine, Utrillo, Chagall…

zamaron.jpg

Ecrire un commentaire - Voir les 47 commentaires
Retour à l'accueil

ISSN : 2267-0742

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés