Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 00:05

Des nos jours, que peut-il bien y avoir d’accroché aux murs d’un commissariat de police ? Des affiches de recrutement, un poster dédicacé de Julie Lescaut, un calendrier Pirelli ?

Je ne sais pas, mais j’imagine qu’on n’y fait pas dans le genre exposition de peinture, « l’endroit n’ayant pas vocation à être une galerie d’art », comme on me le ferait certainement remarquer…

Et pourtant…

Petite nostalgie à la pensée d’un certain commissariat de quartier. Ce poste de police se trouvait à Montparnasse, dans les années folles. Bien sûr, le quartier était connu pour ses artistes bohèmes à qui il arrivait souvent de terminer au poste. Responsable des étrangers à la préfecture de police de Paris, le commissaire Léon Zamaron était chargé de régler le problème. Ce qu’il faisait alors, relâchant immédiatement le fauteur de trouble à qui il n’hésitait jamais à remettre une petite somme pour l’aider à tenir le coup. Ainsi, le commissaire se fit vite une réputation de généreux mécène et se vit récompensé en retour de nombreuses toiles aussitôt accrochées dans son commissariat.

Il faut s’imaginer alors les murs du bureau de police recouverts d’œuvre d’art : Suzanne Valandon, Modigliani, Soutine, Utrillo, Chagall…

zamaron.jpg

Partager cet article

Published by Marc Lefrançois
commenter cet article

commentaires

MarySol 27/01/2012

Eh bien voilà une histoire peu commune !
J'aime beaucoup la vieille machine à écrire en haut de votre blog
Amicalement

Bridget 28/01/2012

Je peux demander autour de moi ! Enseignant dans un village dans lequel il y a une gendarmerie et un escadron de gendarmerie mobile, je suis "bien entourée" et j'ai surtout plus d'une demi-douzaine
d'enfants de gendarmes dans ma classe ! Elle a intérêt à se tenir à carreaux la maîtresse !!!
Bises

Bridget 28/01/2012

En fait, conduisant une vieille BMW, je me faisais arrêter systématiquement lors de chaque contrôle d'identité ; je n'ai jamais eu de soucis ni de PV, mais depuis 4 ans que j'enseigne dans ce
village, les gendarmes me saluent quand je passe et arrêtent la voiture suivante ! Véridique ! je devrais me lancer dans la contrebande, habitant tout près de la frontire suisse, je ne risquerais
plus rien !!!
Bises

cathycat 28/01/2012

Oh ça c'est une jolie histoire !!! Belle journée.

rosinda 30/01/2012

En tout cas ton histoire est loin d'être banale. Même très agréable. En ce temps là il y avait encore de l'humanité ?
Aujourd'hui les individus ne sont que des ressources humaines, sans identité. Les étrangers : ceux responsables de tous nos maux : il faut bien des coupables et c'est bien connu, ce sont toujours
les autres et jamais notre comportement qu'il faut remettre en cause.
Nos politicarts sont véreux et depuis longtemps je ne crois plus en aucun parti. Je pense que lorsque tu détiens tous les pouvoirs, pourquoi te soucier ensuite de ton prochain ? A moins d'être un
homme formidable avec une conscience et une volonté farouche pour agir et surtout résister aux pressions.... Mais l'argent gouverne tout et puis il y a les infiltrations des francs macons dans tous
les domaines. Si tu n'en fais pas partie, tu végéteras toute ta vie même si tu es quelqu'un de super avec une capacité de travail et une intelligence hors norme....
On accuse les commissariat, mais se sont des fonctionnaires à qui l'on met la pression comme dans toutes les entreprises. Il faut faire rentrer de l'argent. Il y a les pots de vin sur lesquels il
faut fermer les yeux et aussi toutes ses injustices. Une ville ne doit pas dépasser un quota de délinquence, cela fait une mauvaise publicité, alors on triche avec les statistiques. On connait les
coupables, mais on les laisse partir. De toute façon les prisons sont pleines. Un brassage de population incarcéré pour des peines de degrés différents. Pas assez de contrôle à l'intérieur et un
ras le bol de ceux qui les cotoient. On ferme les yeux et parfois un jeune qui a fait une bétise pourrait en ressortir avec pour leçon, je ne recommencerai plus, mais les viols, qu'on ne compte
plus, les bastonnades, les brimades en tout genre. Font qu'il en ressort comme une bête sauvage avec la haine au ventre pour la société qui l'a mise au rang de bétail. Je n'excuse pas les
violences, ni les délits de toutes sortes, simplement la prison n'est pas adaptée, tout comme les écoles, les logements. Quant tu nais dans un ghetto, comment t'en sortir. Lorsque tu appartiens à
une famille de plusieurs générations de chomeurs, tu es la proie idéale pour les dealers et les bandes qui font la loi. Tu te ranges à la meute ou tu meurs... L'état a plus les yeux braqués sur les
délits de vitesse sur la route que sur les larcins : cela ramène plus d'argent. On prend là où il y en a mais surtout pas aux tous puissants... Alors lorsque je vois la balance de la justice, je me
dis qu'elle est loin d'être impartiale. Faire un tri dans tout ce qui est ripou, cela reviendrai à mettre sur nos routes les pires délinquants qui connaissent toutes les ficelles du métiers....
Triste réalité mais oui - alors humaniser les commissariat cela reviendrai à faire de l'être humain un être digne de ce nom et créer une solidarité qui n'existe plus entre les êtres humains : le
chacun pour soi et dieu pour tous s'il existe.... Mais peut être que nos jeunes qui en ont assez de vivre dans cette poubelle qu'est devenue notre société pervertie par l'argent et le pouvoir,
trouveront ils la force de se révolter et de transformer le monde qu'on leur laisse malheureusement avec une dette énorme...
Amitié
régine

ISSN : 2267-0742

Rechercher